veroniqueverstraete

les arts décoratifs 2/ le design

15 mars 2005

domicile privé-public, exposition collective au musée d’art moderne et contemporain de saint étienne et métropole, commissariat lorand hegyi

« l’œuvre d’art a-t-elle un domicile ? ou bien l’œuvre d’art constitue-t-elle en elle-même un domicile ? »

à la fois inscrites dans un contexte social et culturel précis, celui de notre monde contemporain, les œuvres présentées ici constituent des réponses à une importante question : l’environnement en “domicile”, quels indices de familiarité l’artiste dévoile-t-il, et sous quelles formes ? plus de trente artistes internationaux – coréens, américains, tchèques, italiens, français – proposent leur vision du domicile et de la limite entre privé et public. cette thématique dépasse les simples questions esthétiques pour se nourrir d’interrogations touchant à la sociologie et à l’anthropologie. la sphère du domicile est, en effet, celle du privé, contrairement à l’environnement qui serait public, et pourtant tout le travail de la création artistique tourne autour de cette ambivalence entre l’unicité de l’intime et le commun. les domiciles construits par les artistes offrent un lieu métaphorique où l’individuel et le collectif, le jeu social et rationnel, sont intensifiés. les domiciles des artistes interrogent ceux des architectes : quelles sont les fonctions essentielles et fondamentales d’un espace humain pour une communauté ?
résumé du catalogue: domicile privé public, musée d’art moderne de saint etienne, 2005, 221 pages

« dans notre imaginaire de citadin, le domicile évoque un espace concret bien précis qui isole et protège l’intimité de l’individu du flux quotidien de la réalité. celui-ci peut dès lors se former, se développer, construire son identité, en harmonie ou en opposition avec l’extérieur. cette conception ordinaire des choses, presque mythologique, nous amène à considérer le domicile, lorsque nous le pensons de manière abstraite, comme l’extension directe de la psychologie et des mécanismes que nous activons pour réaliser notre “être dans le monde”. il est indiscutable, en revanche, que l’idée de domicile contient déjà en soi l’idée de maison et, par extension, celle de famille, laquelle n’est autre que la reproduction, sans filtre ni processus de différenciation, des liens et des relations qui sont à la base de notre société. »
extrait.

lorand hegyi,
musée d’art moderne saint-étienne – du 12 mai 2005 au 31 août 2005

avec l’aide de la galerie verney carron, de albrecht vernis et laques, et d’acnis

avec la collaboration de krijn de koning (œuvres présentes dans l’espace de documentation).